Cette forme particulière m'a longtemps fait peur : je ne me sentais pas vraiment capable d'en composer en respectant les contraintes. Et puis je me suis posé, j'ai un peu médité, et le premier haïku est venu. Les autres surgissent au grè du vent, sans régularité. Je les dépose ici avant qu'ils ne s'envolent...

Fleurs d'hydrangea

Bleues ou roses violacées

Agacent mon œil

 

Impression du matin

Le froid finit d'hiberner

Il fait presque beau

 

Mésange nonette

Penche sa tête brune

Annonçant la fête

 

Matin calme et clair

Parfum de l'herbe fraiche

La joie s'enracine

 

Reflets flous et gris

Flèches glacées cimes claires

L'ombelle s'impose

 

Jour nouveau sans bruit

Imprimé sur fond de temps

Combien de printemps ?

 

En astrophysique

Particules et galaxies

Me conduisent à toi

 

Infiniment grand

L'étrange prochain venu

Apporte le manque

 

Exotique et tac

Un fraudeur exonéré

Le papillon vole

 

Eblouissement

Les palmiers strient le ciel bleu

Matinal silence