Musicauto

Dans un habitacle

Musique et moteur

La pluie s'éparpille

Sur les projecteurs

Lumière et poussières

Scintillantes et froid

Intermittent qui

Se bousculent en chœur

A l'orée des sens

J'aime bien la prose

Volant machinal

Bien au creux des paumes

Arrondi lové

Et la voie express

Doucement s'inscrit

Bandes jaunes et lisses

Glissières en mesure

Dans un air classique

Mes cordes vocales

Chevauchent un brin

Le violon gracile

Fugace pensée

De fine nuance

Et cantate oui

Vas-y rythme souple

Et sécurité

Où va l'escarboucle

De ma voix filée

Personnages nés

De bifurcations

Dans l'évanescence

De bitume bleu

Vont rêver rouler

S'automobiler

Je m'éclate un brin

L'égo en auto

Sans automanie

Sans trop me biler

Sans effet folie

Vivaldi vas-y

L'instant

 Ici, brusque cliquetis,

Choc et tic de cils:

L'instant claque et pique.

Langues et lèvres lisses,

instillées de longues abysses,

rondes billes et joues rosées.

Jolis visages de rose glacé...

L'hiver est mort et l'air éclaire.

J'aspire à rire

et tu es là comme une ombelle,

jambe de glisse

et bas si lisse.

Grain doux qui donne

un peu de pomme

à l'épiderme.

Cajou: la noix se pousse

et germe en douce

sous la caresse

d'un vent d'autan:

c'est le printemps! 

Slam fait plaisir

C’est ton visage voilé

Qui toujours me fait rêver.

Quand j’ai entendu ta voix

Je suis tombé sous ta loi,

Quand j’ai entendu ton rire

J’ai retrouvé le sourire.

Je voudrais enfin te voir

C’est vraiment mon seul espoir.

Je sens presque ton parfum :

De nous deux ne faisons qu’un !

Mon désir devient si fou

Qu’il embrase vraiment tout !

De toi j’ai si belle envie !

Viens : le vent nous y convie !

Donne- moi ce doux baiser

Qui ne pourra m’apaiser

Car tu le sais mon amour :

Ce feu là renaît toujours…

 

La petite boule

Grain de millet

Tout guilleret,

Tout rond, mignon,

Tout chaud, tout bon:

Tu prends l'soleil

Et tu t'éveilles.

 

Petite orange

Tu te mélanges

Au fin citron

Qui dit qu'c'est bon.

Le pamplemousse,

Lui, dit qu'ça mousse.

 

Et la citrouille

Trouv' que ça mouille.

Le potiron

Un peu glouton

Pendant ce temps

Fait ramadan.

 

Un gros ballon

Dans un salon

Se gonfle encore

Et dit très fort:

J'suis pas peu fier

D'êt' mongolfière !

 

Alors la terre

Qui sans s'en faire

Tournait lent'ment

Au firmament

Dit tout à coup:

C'est moi ! coucou !

 

Le vieux soleil,

Lui s'émerveille

De voir tout ça

Et dit tout bas:

Un crescendo

C'est rigolo.

Bar de nuit

Fond de bruit sans nuit

En éclairs sonores

Il fait fort au creux

De l'oreille fine

Les voix s'entretissent

Et les sons se mêlent

Le billard éclate

Electrique claque

Dans le cliquetis

Il était une fois

Une fois la joie

Une fois la voix

Et demain la pluie

Verre aussi qui cassent

Jour de vie qui passe

Et trace d'ennui

Les autos se glissent

Off et de côté

Dans le bord du champ

Visuel olé

Moto bus quatr'quat

Moi je veux dis l'un

Eclat d'rire à fond

La caisse au citron

Pressé dans un style

Abasourdissant

Feu vert sur l'av'nue

Caisse et carte et clic

Cuillère sur un zinc

L'œuf dur est cassé

Par ici mémé

J'entends des carreaux

Qui glissent à vélo

Sur le trottoir nu

Et des culs qui fument

En riant bitume

Le son est passé

C'est l'heur' faut y aller